Lao Tseu est-il le père du coaching moderne ?

manager
Le manager doit-il toujours se remettre en question ?29 septembre
blog3-cardea
Méditation de Pleine Lune – en visioconférence16 octobre

Lao Tseu est-il le père du coaching moderne ?

laotseu-f

Le coaching est une toute jeune discipline. Déjà présent dans le sport dès les années 70, le terme de coach commence à se répandre dans le monde professionnel en général et dans le développement personnel à partir des années 90. Le verbe anglais « to coach » pourrait se traduire par « entrainer ». On comprend bien pourquoi l’expression est venue du monde sportif. Pour autant, le concept n’est pas né au XXème siècle. Depuis la nuit des temps, des hommes et des femmes éclairent, guident, motivent, supportent d’autres hommes et femmes pour les aider à accomplir leur destin ou seulement atteindre leurs objectifs.

Croyez-vous que les hommes préhistoriques coachaient le jeune chasseur quand il allait affronter le grand mammouth ? Moi je le crois.  Nous, les êtres humains, avons tous besoin, un jour ou un autre, de quelqu’un près de nous pour nous donner la force, la volonté, la sagesse, l’envie de continuer à avancer ou de nous surpasser. Et ceci, je suis sûre que notre espèce l’a compris depuis les tous premiers temps de notre existence.

Et Lao Tseu dans tout ça ? Eh bien, Lao Tseu est un grand guide dans l’histoire de l’humanité dont les enseignements en disent long sur la discipline que nous appelons « coaching » aujourd’hui.

Pour rappel, Lao Tseu aurait vécu vers le début du Vème siècle avant J.C. et serait l’inventeur du taoïsme. Philosophe, religieux, personnage miraculeux, beaucoup de statuts lui sont attribués, sans qu’il soit véritablement attesté de son existence. Ses paroles de sagesses nous restent pourtant et nous éclairent sur le chemin du coaching moderne.

Suivons ensemble quatre de ses pas de coach antique.

« La seule façon d’accomplir est d’être » – Lao Tseu

Pour Lao Tseu, par cette phrase, sa conviction est claire : il est inutile de tenter de faire une chosesi l’on ne s’est pas penché d’abord sur ce que nous sommes profondément. Il différencie le « faire » de « l’être » et sous entend que si nous nous contentons de réaliser une chose, elle ne sera pas vraiment un accomplissement.

Il est évident que chacun d’entre nous cherche l’épanouissement de soi. Et, non, ce n’est pas une préoccupation de nantis. Depuis toujours, l’être humain cherche à s’accomplir au travers de son passage sur Terre. J’ai visité récemment la grotte de Lascaux et il m’est apparu évident que ces peintures-gravures, dont on ignore l’usage exact, ont un lien avec l’épanouissement de l’être individuel et de l’humanité collective.

Et cet accomplissement, tout à fait propre à chaque individu, passe par des réalisations aussi diverses et uniques que le sont tous nos congénères humains.

Et le coach là-dedans ? Eh bien, cette phrase de Lao Tseu est la base de ce que je cherche à transmettre à mes clients. Je leur conseille de commencer par être eux-mêmes, de se reconnecter à leur nature profonde, à l’être évident qu’ils sont à l’intérieur. Ceci fait, l’idée de savoir ce qui doit être réalisé apparait naturellement. Alors l’accomplissement est à portée de main. Voilà simplement ce que signifie le terme de « développement personnel », comme on développe une photo pour la voir en entier.

« L’échec est le fondement de la réussite » – Lao Tseu

Tomber, c’est normal. Se relever aussi. Ça semble un peu facile de le dire n’est-ce-pas ? Et pourtant, nous sommes tous tombés plusieurs dizaines de fois et nous sommes relevés tout autant.

Vous souvenez-vous de votre apprentissage de la marche ? Vous deviez avoir onze ou treize mois et, voulant imiter vos parents ou vos frères et sœurs, vous avez décidé de quitter la marche à quatre pattes pour vous dresser sur vos deux pieds. Hélas, cette démarche s’est révélée moins facile que vous ne le pensiez. Vous êtes tombés une fois, vous vous êtes raccrochés à la petite table du salon, au pantalon de mamie, ou un fauteuil, et vous vous êtes dressé à nouveau. Tombé à nouveau, quelques larmes essuyées sur vos joues, vous vous êtes relevé à nouveau. Et vous avez accepté de tomber cent fois, car vous n’avez jamais douté que vous finiriez par parvenir à vous tenir debout sur vos deux jambes, comme vos ainés avant vous.

Donc tomber, échouer, se tromper, c’est normal. Ce qui ne l’est pas est de ne pas persévérer comme nous l’avons fait enfant, car alors comment espérer réussir ? Ce qui nous a permis de marcher fièrement est bien les échecs préalables.

Le coaching a aussi pour mission de vous reconnecter à votre foi en la réussite chaque fois que vous tombez et vous permettre de garder la certitude, la confiance en soi nécessaire à la réussite de vos projets.

« Avoir un but trace la voie » – Lao Tseu

Difficile de savoir quel chemin prendre si l’on ne connait pas sa destination. Imaginez un navire quittant les côtes françaises sans avoir de cap, sans avoir choisi de port d’arrivée. Il est alors évident qu’il ne parviendra pas au bon endroit.

Avoir un objectif est une tendance naturelle de l’être humain. Nous poursuivons sans cesse des projets de vie : faire des études, trouver un emploi, fonder une famille, construire une maison, faire un grand voyage, contribuer à une œuvre humanitaire, monter une entreprise, réaliser une performance sportive, se préparer une retraite heureuse, accueillir ses petits-enfants, la liste de nos projets de vie est sans fin. Et c’est elle qui nous tient en vie et nous motive chaque jour.

Sans but, rien ne semble plus avoir de gout dans notre vie, et nous avons l’impression d’errer au milieu de l’agitation du quotidien.

Parfois, l’être oublie qui il est et ses voies d’accomplissement alors il ne se voit plus de buts.

Le travail du coach est de permettre à chacun, reconnecté à son être, empli de confiance en lui-même, de retrouver les buts qui lui permettront de donner sens à sa vie. La voie du bonheur est là.

« Un voyage de mille lieux commence toujours par un premier pas » – Lao Tseu

La montagne semble parfois infranchissable alors mettre un pied devant l’autre suffit à en venir à bout. Combien de fois me suis-je retournée sur un chemin de randonnée en me disant « j’ai fait tout ce chemin déjà ? ». Je suis sûre que cela vous est arrivé à vous aussi.

Tout commence par le premier pas, et il est celui qui vous engage sur la voie de l’accomplissement.

Le coach est l’accompagnateur qui vous permet de faire ce premier pas, de le faire en confiance, de vous en donner le droit, de le faire avec la certitude que c’est le pas qui vous ressemble et que la voie est celle de votre propre accomplissement.

Alors finis l’anxiété, les doutes, l’immobilisme et leur cohorte de symptômes physiques, vous voilà revenu sur le chemin de votre réalisation personnelle, celle vers laquelle vous pointiez déjà le cap quand vous vous êtes dressé sur vos deux pieds la première fois.

Un grand coach ce Lao Tseu, n’est-ce pas ?